Extrait des rubriques d'échecs
(Nouvelliste décembre 1988 à janvier 1989)

Tournoi international d'échecs à Sion

Sous le patronage de la Banque cantonale du Valais et de la ville de Sion, le Club d'échecs de la capitale organise, du 27 décembre au 8 janvier, le premier tournoi international de Sion.

Le Club d'échecs de Sion, fort de son équipe fanion qui dispute le championnat suisse en ligue nationale B, caressait depuis longtemps l'idée d'organiser une manifestation importante du noble jeu. Les joueurs du cru qui progressent et s'affirment au fil du temps parmi l'élite helvétique se devaient de s'aguerrir au contact d'échéphiles étrangers de réputation internationale. Afin d'améliorer leur niveau, d'élever leur connaissance du jeu, de se confronter aux  impératifs exigeants  d'un tournoi fermé et enfin de se préparer pratiquement aux échéances importantes qui les attendent l'an prochain avec leur club lors des compétitions qui émaillent une saison d'échecs.

C'est chose faite. Depuis hier, la salle Supersaxo offre son magnifique cadre aux douze joueurs d'échecs présents durant les deux semaines que dure ce tournoi international. La participation de six étrangers rehausse l'intérêt de cette compétition et certains d'entre eux viennent en Valais avec une cote d'estime considérable. Témoin le maître international estonien H. Kärner, débarquant tout droit d'URSS, qui met pour la première fois de sa vie les pieds en Europe de l'Ouest. Une découverte pour lui comme pour le CE Sion qui a négocié sa venue en Valais. Un homme redoutable dont on dit qu'il entraîne quelques ténors de l'équipe soviétique, championne du monde en titre. Ou le MI polonais  J.-B.  Bednarski,  ancien champion de son pays. Un briscard qui a côtoyé l'élite mondiale dans les années soixante. Dans ce vivier inépuisable que sont les pays de l'Est à noter encore la présence du MI buigare M. Garov et du Yougoslave A. Jurkovic. Sans oublier deux Français ambitieux venus en voisins, le Strasbourgeois J.-M. Kappler et le Niçois S. Loret. Une belle brochette qui garantit à nos locaux une répartie de valeur, venue également pour empocher l'un des prix offerts pour cette circonstance. Rude mais stimulante concurrence !

Côté sédunois Valéry Allegro, Roland  Levrand,  Pierre-Marie Rappaz, Pascal Vianin, Francis Meinsohn et Hug Fioramonti tenteront d'étaler leur savoir devant ces soixante-quatre fameuses cases. Moyenne d'âge 28 ans et déjà pas mal d'expérience des tournois en Suisse ou à l'extérieur.

Cette sélection sédunoise motivée qui s'est préparée avec tout le soin nécessaire jouera avec des ambitions  différenciées.  Ainsi l'entraîneur-joueur du club, le Français F. Meinsohn, luttera pour obtenir les huit points nécessaires sur les douze possibles pour décrocher cette fameuse norme de maître international d'échecs, une référence pour les spécialistes. Les champions valaisans anciens ou en titre comme P. Vianin, V. Allegro ou P.-M. Rappaz avouent plus modestement vouloir accéder au cercle fermé des joueurs figurant dans le classement international de la FIDE (Fédération internationale des échecs).

R. Levrand, véritable étoile montante, continuera-t-il son ascension fulgurante?   H. Fioramonfi, un ami genevois du club, confirmera-t-il son rang international en jouant cette fois sous les couleurs sédunoises? Autant de questions qui ne trouveront de réponses que le 8 janvier prochain lors de la remise des prix et la publication des résultats finals.

Douze rondes qui débutent à 14 h 30, tous les jours à l'exception du jour de l'An, libre, soit autant de parties. Quatre à six heures d'efforts, de réflexion en moyenne par jour! Avec ceci de particulier que l'équipe sédunoise ne jouera que contre la sélection étrangère en double ronde. D'accord pour se battre mais pas pour s'entre-déchirer entre collègues d'un même club!

Le tournoi est enregistré par la FIDE et sera dirigé de ce fait par un arbitre reconnu en la personne de M. B. Sojka, un Français d'origine slave. Sous son experte direction et sa bienveillance coutumière les joueurs ont déjà tiré leur numéro de depart et connaissent désormais l'ordre des affrontements de ces prochains jours. Luxe, calme et concentration sont de rigueur dans cette salle Supersaxo mise à disposition par la ville de Sion qui parraine avec la Banque cantonale du Valais cette manifestation unique dans les annales de la capitale. Jamais à ce stade une compétition si importante du jeu d'échecs n'avait vu le jour à Sion. Une initiative à saluer et à mettre à l'actif des sponsors et des organisateurs placés sous l'autorité du président du CE Sion, Charles-Henri Amherdt.

Sans nul doute de quoi ravir les spectateurs amateurs du noble jeu et tous ceux curieux de goûter au charme très particulier d'un tournoi d'échecs de haut niveau. L'entrée à la salle Supersaxo (premier étage) est libre et la seule consigne impérative à respecter se nomme : le silence!

Jean-Yves Riand

Les équipes en présence

Sélection étrangère : MI H. Kärner, URSS, elo 2395; MI J.-B. Bednarski, Pol, elo 2375; MI M. Garkov, Bul, elo 2410; A. Jurkovic, You, elo 2400; J.-M. Kappler, Fra, elo 2260; S. Loret, Fra, elo 2200.

Sélection sédunoise: V. Allegro, elo 2200; H. Fioramonti, elo 2275; R. Levrand, elo 2200; F. Meinsohn, elo 2225; P.-M. Rappaz, elo 2200; P. Vianin, elo 2200.
 

Résultats de la première ronde

Sélection sédunoise - Sélection Internationale

V. Allegro - MI M. Garkov                          0,5-0,5
P.-M. Rappaz - A. Jurkovic                          0-1
H. Fioramonti - MI H. Kärner                     en suspens
FM F. Meinsohn - MI J. Bednarski            1-0
R. Levrand - J.M. Kappler                           0,5-0,5
P. Vianin - S. Loret                                     1-0

tsion1-65.jpg (17980 octets)

Très prometteur début de tournoi de la sélection sédunoise, qui engrange déjà trois points, alors même qu'une partie n'est pas encore terminée.

Les victoires de F. Meinsohn et de P. Vianin ne souffrent d'aucune discussion. Et les nullités enregistrées par V. Allegro et R. Levrand sont les fruits d'une lutte acharnée.

Tournoi international d'échecs

Le retour d'Hillor K

Après les péripéties de la première ronde qui mirent en émoi les organisateurs et qui vit le maître international H Kärner arriver avec trois heures de retard sur l'heure prévue, le tournoi international d'échecs de Sion s'engage désormais sur des chemins plus balisés.

L'Estonien invité pour la première fois en Suisse et peu habitué aux horaires et usages de nos CFF nationaux, s'était tout simplement égaré dans la nature. A Berne, il poursuivit sa voie en direction de Bâle avant de se rendre compte de sa méprise et de rejoindre le Valais, où sa présence, on s'en doute, était vivement attendue.

Rien de grave pourtant, les joueurs d'échecs sont des gens distraits, puisque sa première partie contre H. Fioramonti fut reportée de quelques heures, le temps de se remettre de son émotion ferroviaire.

L'atmosphère à la salle Supersaxo, si pacifique soit-elle à première vue, n'en est pas moins à la confrontation des cerveaux. La sélection étrangère n'est pas décidée à s'en laisser compter et le tourisme n'est pas de mise. Les Sédunois ont une lourde tâche qui les attend et cela n'est pas pour leur déplaire.

Cela leur réussit même plutôt bien. Témoins H. Fioramonti, qui a annulé avec aisance hier après-midi contre le MI polonais J. Bednarski. Dans sa partie contre l'Estonien H. Kärner, il tient une position riche en possibilités tactiques. Six heures de jeu et toujours pas de résultat définitif. Le suspense dure encore...

Autre sujet de satisfaction dans le camp sédunois, les belles victoires de P. Vianin contre le MI Garkov et de R. Levrand, qui se sort tactiquement d'une position difficile. Après 11 parties, la sélection sédunoise a marqué 5 points et demi, soit 50% du total possible, ce qui est de bon augure pour la suite du tournoi.

Jean-Yves Riand  

Résultats de la deuxième ronde

Sélection Internationale - Sélection sédunoise

MI M. Garkov - P. Vianin                      0-1
A. Jurkovic - V. Allegro                         1-0
MI H. Kärner - P.-M. Rappaz               1-0
MI J. Bednarski - J. Fioramonti             0,5-0,5
J.-M. Kappler - FM F. Meinsohn         1-0
S. Loret - R. Levrand                              0-1
 

Tournoi International d'échecs de Sion

Le chiffre trois

Le chiffre 3 était à l'honneur hier puisque à l'issue de la troisième ronde, trois parties furent conclues par la nullité.

V. Allegro tout d'abord fut contraint au partage des points en répétant trois fois la même position contre le MI Kärner malgré une situation avantageuse. P.-M. Rappaz, ensuite, qui marque son premier demi-point contre le MI Bednarski. M. Fioramonti enfin qui s'achemine vers le titre officieux de "roi de la nullité" avec trois nulles en autant de parties.

Après le premier quart du tournoi, le classement se présente de façon suivante :

Pour la sélection sédunoise : P. Vianin 2 (+1 suspens); F. Meinsohn 2; R. Levrand et H. Fioramonti 1,5; V. Allegro 1; P.-M. Rappaz 0,5.

Pour la sélection internationale : A. Jurkovic 2 (+1 suspens); H. Kärner et J.-M. Kappler 2; M. Garkov 1,5; J. Bednarski 1; S. Loret 0. J.-Y. Riand

Les résultats de la 3ème ronde

 Sélection sédunoise  - Sélection Internationale

 V. Allegro - MI H. Kärner                      0,5-0,5
 P.-M. Rappaz - MI J. Bednarski             0,5-0,5
 H. Floramonti  - J.-M. Kappler               0,5-0,5
 FM F. Meinsohn - S. Loret                    1-0
 R. Levrand - MI M. Garkov                    0-1
P. Vianln - A. Jurkovic                          en suspens  

Organisé avec l'appui de la Banque Cantonale du Valais et de la ville de Sion, le tournoi international d'échecs, premier du nom, arrive au terme de la première semaine. L'occasion de faire le point de la situation après six des douze rondes au programme.

Trois rondes durant, les nombreux spectateurs présents à la salle supersaxo auront vu les sédunois, en grande forme, résister à la sélection étrangère. Le score global s'équilibrant presque à 9,5 à 8,5 en faveur des invités. Un résultat inespéré mais somme toute logique. Les voyages au long cours avaient laissé des traces chez les maîtres internationaux Kärner, Garkov et Bednarski. Ce dernier défait dès la première ronde alors que les deux autres annulaient non sans difficulté. Jouant sur leur terrain, les sédunois bien préparés profitaient au mieux des circonstances et tenaient la dragée haute à des adversaires quelque peu émoussés.

Cela n'allait pas durer et par la suite la tournure des événements changeait du tout au tout. Aiguillonnée par sa relative contre-performance la sélection étrangère allait se réveiller brutalement. Les rondes quatre et cinq furent spécialement désastreuses pour les joueurs de la capitale et les invités appliquant la tactique du rouleau compresseur infligèrent par deux fois des scores de 4,5 à 1,5, sèche et sonnante remise au pas! Une manière bien particulière de réaffirmer l'ordre des valeurs et la fin de l'année 1988 mit un peu plus de sens au mot illusion dans le camp sédunois.

Est-ce à dire que tout est consommé et que la suprématie étrangère est inéluctable? Non, bien entendu. Nul ne songeait sérieusement que les locaux pourraient tenir le cap des premières rondes. Mais prenons plutôt garde aux résultats individuels de nos joueurs d'échecs. A preuve la très bonne performance d'H. Fioramonti qui réalise pour l'instant 4,5 sur 6, se permettant le luxe d'engranger trois points coup sur coup contre S. Loret et les Maîtres Internationaux Garkov et Jurkovic après avoir vaillamment contraint ses trois premiers adversaires à concéder un demi-point.

Les trois points réalisés par F. Meinsohn sont également à ranger au chapitre des satisfactions même si la tabelle de marche de l'entraîneur français du Club d'échecs de Sion prévoyait un régime quelque peu supérieur. Norme de maître international oblige (MI) F. Meinsohn est désormais contraint de conquérir cinq des six derniers points en jeu pour satisfaire aux impératifs fixés par la Fédération internationale des échecs.

Et que dire des départs en trombe de P. Viarin et de R. Levrand ? Le premier aligna deux parties gagnantes et le deuxième réalisa 1,5 point en deux parties. Un début de tournoi irrésistible qui malheureusement n'eut point de suite puisque l'un et l'autre durant quatre rondes furent sevrés du moindre point ou demi-point. Du Capitole à la Roche tarpéienne, il n'y a bien souvent qu'un pas... V. Allegro et P.-M. Rappaz n'ont pas connu encore l'ivresse de la victoire. Ce n'est que partie remise si l'on songe à la cinquième ronde, disputée le 31 décembre, où Valéry fut trente-huit coups durant en position de gain virtuel avant de sombrer dans cette phase si délicate du jeu d'échecs proche du contrôle du temps et qui s'appelle en langage échiquéen <zeitnot>.

A la mi-tournoi le classement individuel de la sélection étrangère laisse apparaître en tête le Yougoslave A. Jurkovic qui réalise 5 points sur 6. Bien en selle pour remporter le tournoi apparemment. Il possède un demi-point de plus que son dangereux rival le MI estonien H. Kärner. Le Français J. M. Kappler tient également la corde avec 5 sur 6. Avec son jeu sobre mais efficace il pourrait bien devenir la surprise du tournoi. Ces trois hommes sont solidement installés en tête et c'est parmi eux qu'il faudra trouver le nom du vainqueur. A la quatrième place le MI polonais J. Bednarski avec 3,5 sur 6 n'a pas encore dit son dernier mot. Départ raté, deux nulles puis trois gains consécutifs! Une montée en puissance de nature à inquiéter ses futurs adversaires. Toujours en détresse de temps il attire à lui seul la cohorte des spectateurs accourus qui scrutent haletant sa pendule à deux doigts de tomber.

Le meilleur elo du tournoi le Bulgare M. Garkov déçoit un tantinet et connaît une première partie de tournoi en demi-teinte. Souhaitons aux Sédunois qui vont l'affronter ces prochains jours que son réveil ne se produise pas. Enfin le Français S. Loret n'a qu'un point et se détache en queue de classement. Il semble être le seul étranger avec lequel les Sédunois n'ont pas à souffrir la comparaison. Mais sa sympathie lui attire les suffrages des joueurs du crû. Côté spectacle les connaisseurs du noble jeu vivent des heures de grâce avec des phases très spectaculaires. Ils assistent aussi à de touchants petits drames coutumiers du jeu d'échecs. Ainsi lors de la cinquième ronde le Bulgare Garkov a perdu sa partie au temps en confondant la cadence de jeu. Alors qu'il pensait devoir jouer 16 coups en une heure, il avait à exécuter 20 coups et se trouva fort marri de perdre dans de telles conditions.

L'arbitre du tournoi, le Français B. Sojka, n'a quant à lui aucun grief à faire et loue les conditions de jeu. Il maîtrise parfaitement ses 12 hommes en déplorant simplement, politesse oblige, que ces invités  étrangers  se  comportent comme en territoire conquis.

Jean-Yves Riand  

Les résultats ronde par ronde

Sélection étrangère - Sélection sédunoise. - Première ronde : 2,5-3,5; 2e ronde : 3,5-2,5; 3e ronde : 3,5-2,5; 4e ronde : 4,5-1,5; 5e ronde : 4,5-1,5; 6e ronde : 4-2. Total: 22,5 à 13,5.  

Le classement provisoire après six rondes

1. Jurkovic, 5 sur 6; 2. Kappler, 5 sur 6; 3. MI Kärner, 4,5 sur 6; 4. MI Bednarski, 3,5 sur 6; 5. MI Garkov, 3 sur 6; 6. Loret, 1 sur 6.

Sion : 1. Fioramonti, 4,5 sur 6; 2. Meinsohn, 3 sur 6; 3-4. Vianin et Allegro, 2 sur 6; 5. Levrand, 1,5 sur 6; 6. Rappaz, 1 sur 6.
 

Les résultats de la cinquième ronde

Sélection sédunoise - Sélection internationale :
V. Allegro - J.-M. Kappler                  0-1
P.-M. Rappaz - S. Loret                      0,5-0,5
H. Fioramonti - MI M. Garkov         1-0
FM F. Meinsohn - A. Jurkovic          0-1
R. Levrand - MI H. Kärner                 0-1
P. Vianin - MI J. Bednarski                0-1.
 

Les résultats de la sixième ronde

Sélection internationale - Sélection sédunoise :
MI M. Garkov - P.-M. Rappaz              1-0
A. Jurkovic - H. Fioramonti,                   0-1
MI H. Kärner - FM F. Meinsohn           0,5-0,5
Ml J. Bednarski - R. Levrand                1-0
J.-M. Kappler - P. Vianin                      1-0
S. Loret -V. Allegro                               0,5-0,5.

Tournoi international de Sion 

Les deux K en tête  

Aux deux tiers du tournoi organisé par le Club d'échecs de Sion, la lutte se fait âpre et sans merci. Pas de nullités complaisantes ou de points offerts sur un plateau. La sélection étrangère confrontée à celle de Sion domine largement. C'était attendu et l'on en est désormais à prendre les paris sur le nom du vainqueur du tournoi.

Quelques surprises toutefois. Le Yougoslave A. Jurkovic, que d'aucuns imaginaient remporter haut la main la palme, connait un vide surprenant et n'a enregistré qu'un demi-point en deux parties. Cet effondrement, car les mimiques ne trahissent pas, après une série de cinq gains initiaux, reste inexpliqué, de l'avis même de l'intéressé. La fatigue? Tout le monde la ressent après dix jours d'un effort intellectuel de haut niveau. L'explication est à chercher plus vraisemblablement dans la pression psychologique intense que subit un homme tout à coup poussé au sommet et qui entend vraiment s'y maintenir. Pression de ses plus proches poursuivants d'abord, encore plus dangereux serait-on tenté de dire, que ses adversaires sédunois. A ce véritable casse-pipe sans pitié aucune, le Français J.-M. Kappler, tire son épingle du jeu au mieux. Vainqueur par deux fois en deux jours, cherchez qui l'arrêtera. La menace la plus directe pour le sphinx strasbourgeois provient de l'Est. Entendez par-là de l'Estonien H. Kärner, qui n'a qu'un demi-point de retard. Une belle lutte à distance entre ces deux hommes.

Qui paie donc les frais de cette bagarre? Les sédunois, hélas! pour eux. Mais, loin de s'effondrer, comme on aurait pu le croire un instant, ils affichent au contraire d'indéniables qualités morales, de courage et de volonté. V. Allegro, par exemple, qui, après avoir partagé le point à la première ronde contre le MI M. Garkov, lui a infligé une cuisante défaite lors de la huitième ronde. Ou P.-M. Rappaz, vissé à sa chaise en proie au doute face aux intimidations d'A. Jurkovic. Et qui, dans un sursaut d'orgueil, retourna la position, pour conclure par une nullité hautement méritée.

Vous l'avez compris. Il ne s'agit pas encore d'une révolution, mais d'une révolte, sourde mais bien réelle, de ne pas s'en laisser compter. Au demeurant, côté sédunois, H. Fioramonti réussit des prouesses avec 5,5 points sur 8 parties. Il lui faut encore 2,5 points et c'est la timbale qu'il décrochera sous la forme d'une première norme internationale de MI. La moitié du paradis en quelque sorte. F. Meinsohn a su tirer à merveille profit de la situation désespérée au temps de son contradicteur, le MI Bednarski. Un joueur qui a le don d'accumuler à toutes ses parties des «zeitnots» effrayants. V. Allegro progresse à chaque sortie en marquant  son  premier   point entier, tandis que P. Vianin et P.-M. Rappaz avancent à nouveau d'un demi-cran au classement provisoire. Seul R. Levrand, victime d'une panne sèche depuis six parties  d'affilée,  stagne.  Aux échecs, comme dans un moteur, c'est souvent une question de régime et de réglage.

Jean-Yves Riand  

Où en sommes.nous?

Résultats de la septième ronde

Sél. internationale -  sél. sédunoise 4-2

MI M. Garkov - V. Allegro              1-0
A. Jurkovic - P.-M. Rappaz              0,5-0,5
MI H. Kämer - H. Fioramonti         1-0
MI J. Bednarski - FM F. Meinsohn 0-1
J.-M. Kappler - R. Levrand              1-0
S. Loret - P. Vianin                           0,5-0,5
 

Résultats de la huitième ronde

Sél. sédunoise - Sél. internationale

P. Vianin - MI M. Garkov                0-1
V. Allegro - A. Jurkovic                   1-0
P.-M. Rappaz - MI H. Kärner         0-1
H. Fioramonti - MI J. Bednarski      1-0
FM F. Meinsohn - J.-M. Kappler    0-1
R. Levrand - S. Loret                       0-1
 

Classement après huit rondes

Sélection étrangère Sélection sédunoise

 Sélection étrangère Sélection sédunoise
1. J.-M. Kappler     7         1. H. Fioramonti     5,5
2. MI H. Kärner     6,5    2. FM F. Meinsohn     4
3. A. Jurkovic     5,5         3. V. Allegro     3
 4. MI M. Garkov     5   4. P. Vianin     2,5
 5. MI J. Bednarski     3,5 5. P.-M. Rappaz    1,5
6. S. Loret     2,5  6. R. Levrand    1,5
Totaux:    30 Totaux:    18