Extrait de la rubrique d'échecs
(Nouvelliste 07.07.1979)


Les Valaisans dans la liste de la FSE


Les valeurs valaisannes cotées à la bourse de la Fédération suisse d'échecs, se sont signalées, durant la période du 31 décembre 1978 au 31 mars 1979, par une bonne tenue.

Vingt valeurs gagnent des points, neuf demeurent sans changement, alors que huit seulement en perdent.

L'investisseur perspicace aurait composé son portefeuille de titres : Schwery (+ 49 par rapport à la dernière cotation), Rappaz (+ 43) et Bosonnet (+42).

Le titre Rappaz atteint un sommet jamais réussi par un Valaisan, à l'exception du Sierrois Claude Olsommer lors de ses heures de gloire, celui correspondant au titre de candidat-maître. Félicitations!

Il est par ailleurs certain que d'autres valeurs se distingueront durant la prochaine période.

C'est avec plaisir que nous donnerions quelques conseils de placement!
 

Voici donc les nouveaux points des joueurs Valaisans, avec l'indication entre parenthèse de l'évolution par rapport à la liste précédente, établie au 31 décembre 1979.

Maître : Charles Partos 809 (+20)

Candidat-maître : Pierre-Marie Rappaz 552(+ 43).

Tournoi principal 1: Jean-Paul Moret 524 (+ 16), Eddy Beney 518 (+6), Charles-Henri Amherdt 507 (+  8),  Bernard Schwery 499 (+49), Beat Bärenfaller 492 (+ 2), Gilles Terreaux 491 (+ 1), André Bosonnet 485 (+42), André Gsponer 479 ( -), Conrad Rudolph 477 (-30), Jacques Isoz 476 (-), Gérald Grand 473 (+2), Jean-Marie Closuit 468 (-12), Claude Olsommer 462 (-), Jean-Yves Riand 455 (-4), Walter Sigrist 455 (+ 7), Jean-Bernard Terrettaz 450 (-).

Tournoi principal 2: Ewal Wyss 447 (+1), André Closuit 444 (+ 6), Pierre Perruchoud 432 (-), Raymond Barman 424 (+ 5), Gérald Darbellay 423 (+ 5), Albert Arlettaz 420 (-), André Biollay 420 (-), François Rossier 419 (+ 1), Hansruedi Kämpfen 417 (-10), Stephan Major 407 (+7), Yves Défayes 404 (-), François Perruchoud 403 (-2), Pascal Grand 400 (+10), Raphaël Granges 397 (-2), André Rastaldi 392 (-), Valery Allegro 389 (+ 8), Marcel Allegro 379 (- 7), Paul Spillmann 369 (+14).

Comment calculer vos points Suisses (Nouvelliste 21.07.1979)

Pour ceux que les formules mathématiques rebutent quelque peu, nous proposons le moyen suivant, tiré du numéro 7 de la Revue ouvrière suisse d'échecs 1979.

Il vous permettra d'estimer grosso modo les points gagnés ou perdus dans chaque partie.

Une victoire ou une défaite contre un joueur qui a les mêmes points suisses entraine une modification de 8 points en plus ou en moins.

Si vous rencontrez des joueurs de force différente, chaque 25 points d'écart vous fera gagner ou perdre 1 point supplémentaire.

L'écart maximum pris en considération est de 180 points.

Les nulles contre des joueurs plus forts ou plus faibles ont également une influence sur vos points.

Supposons que vous ayez 450 points suisses et que votre adversaire a successivement les points suivants:

350 pts:     gain + 4       défaite - 12     nulle - 4
375 pts:     gain + 5       défaite - 11     nulle - 3
400 pts:     gain + 6       défaite - 10     nulle - 2
425 pts:     gain + 7       défaite - 9        nulle - 1
450 pts:     gain + 8       défaite - 8        nulle 0
475 pts:     gain + 9       défaite - 7        nulle + 1
500 pts:     gain + 10     défaite - 6        nulle + 2
525 pts:     gain + 11     défaite - 5        nulle + 3
550 pts:     gain + 12     défaite - 4        nulle + 4

Cette méthode est évidemment approximative.

L'ordinateur prend en considération d'autres variables, spécialement le nombre de parties jouées.

Lorsqu'il s'agit d'apprécier plusieurs parties, les calculs sont plus compliqués.

Lors de l'appréciation d'environ six parties par exemple, l'incidence de ces dernières sur les points est de 20 % en plus ou en moins.

L'incidence, par contre, diminue s'il s'agit d'apprécier plus de vingt parties.